Passé un certain âge, la consommation d’au moins un médicament tous les jours est inévitable ! Un tiers des seniors Français consommerait pas moins de sept médicaments par jour.
Cette surconsommation de médicaments par les seniors n’est pas sans conséquences, c’est pourquoi chez Domicil+ nous souhaitons vous sensibiliser à ce propos.    

 

Une surconsommation médicale

Selon l’Assurance Maladie, parmi les plus de 65 ans, 130 000 hospitalisations et 7500 décès seraient liés à des accidents dûs à la sur-prise de médicament.
En effet, l’effet de ces cocktails de médicaments n’a pas trouvé d’étude. Seules des études menées médicament par médicament et sur des personnes en bonne santé ont été faites.
Une part importante des français de plus de 65 ans prenne en moyenne entre 10 et 14 médicaments par jour

Cette surconsommation peut entraîner des effets secondaires néfastes tels que des étourdissements, chutes, accidents graves voir des hospitalisations.  

 

Des ordonnances qui n’en finissent plus

Même si, souvent, l’accumulation de médicaments est légitime. Pour le plus âgés, les médicaments représentent un moyen de vivre mieux, une aide ponctuelle et, plus majoritairement, une obligation pesante.
Selon l’Institut Français des Seniors, seuls 19% des seniors disent qu’ils leurs arrivent d’oublier de prendre leurs médicaments. Pour 16% d’entre eux, arrêter spontanément un traitement est courant. Seulement 2% de nos seniors français avouent qu’ils leurs arrivent de se tromper de dose ou de les confondre.

Ces médicaments, dès lors, sont-ils essentiels ? Le plus souvent, une ordonnance est renouvelée sans réévaluation de la part du médecin généraliste. Le diabète ou des maladies cardiovasculaires chroniques nécessitent un traitement à vie. Mais, d’autres maladies n’occasionnant qu’un traitement temporaire voient leurs traitements renouvelés sur les ordonnances sans réelle nécessité.

 

Des médicaments ancrés dans les moeurs

Une forte consommation de médicaments est à souligner dès l’âge de 55 ans.
Seuls 7% des seniors refuseraient les génériques. Nos seniors prennent très au sérieux le sujet de leur santé et ont une image positive des médicaments et de leur utilité.
Pour les seniors, les plus grands risques proviennent de la pratique de l’automédication, plus que du corps médical.