Voilà un métier en pleine expansion et cela n’est pas près de s’arrêter : le vieillissement de la population provoque une progression constante de la demande d’auxiliaires de vie. Cependant, l’équation n’est pas si simple, puisque le métier a évolué avec l’âge des usagers.  En effet, alors qu’il s’agissait il y a encore quelques années de l’exécution de simples tâches ménagères, être auxiliaire de vie comprend désormais aussi l’exécution de prestations plus complexes, assimilées à des soins, telles que la toilette de personnes en difficulté.

Ce véritable métier à part entière requiert plus que jamais, en plus de compétences réelles, des qualités humaines indispensables.

Que fait exactement l’auxiliaire de vie ?

Comme l’indique une de leurs dénominations, ils sont avant tout une aide à domicile au quotidien. Préparation des repas, ménage, démarches administratives, selon le degré d’autonomie de la personne en difficulté, ils peuvent également s’occuper de la toilette, de l’habillage, et même de prêter main-forte lors de la prise des repas.

Mais ce soutien ne s’arrête pas là. Les personnes sont souvent isolées et ont besoin d’écoute et de compagnie. L’auxiliaire de vie peut intervenir dans le maintien de l’apparence, le retour à une situation d’autonomie, la sortie de l’isolement, et, pourquoi pas, l’accompagnement dans des promenades et sorties.  

Cette présence au quotidien permet également de prévenir toute difficulté rencontrée par l’usager, y compris alerter qui de droit en cas de situation de maltraitance.

Quelles sont les aptitudes nécessaires ? 

Tout d’abord, du fait de la mobilité réduite de certaines personnes dépendantes, l’accompagnant peut être amené à devoir les soulever. Sa condition physique doit donc être bonne. Il est préférable d’avoir un penchant pour l’ordre et le rangement, et aucune aversion pour tout ce qui touche à l’hygiène de vie de la personne. L’auxiliaire de vie doit également être en capacité de préparer un repas respectant les principes de base d’une alimentation équilibrée.

Mais surtout, l’accompagnant doit présenter un certain nombre de qualités humaines, telles que l’empathie, la compassion, la patience, l’écoute. S’intéresser aux individus en tant que tels, en somme. Il ou elle doit faire preuve de respect, de tact et de discrétion. Son écoute dépasse la simple capacité à discuter avec l’usager, il ou elle doit être attentif à l’environnement, de façon à pouvoir réagir rapidement en cas de problème, et faire le lien avec l’entourage familial, médical et paramédical de l’usager.

Quelle formation faut-il suivre ? 

Dès l’âge de 16 ans, il est possible d’accéder à des cursus ouvrant sur le métier :

  • 3 CAP particuliers : Assistant technique en milieu familial et collectif, Services aux personnes et vente en espace rural, et Petite enfance ;
  • Le CAPA Service en milieu rural ;
  • La Mention Complémentaire (MC) “Aide à domicile” qui complète un CAP déjà obtenu ;
  • Le Diplôme d’État d’Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS), ouvert à tout candidat majeur,
  • Le titre professionnel d’assistant de vie aux familles (ADVF).

Un contrat d’apprentissage permet de suivre une formation en alternance dispensée par un établissement agréé, pouvant couvrir une période de 9 à 36 mois.

Des dispenses à l’examen existent :

  • Les titulaires de la MC “Aide à domicile” ;
  • Les titulaires du CAP “Petite enfance”;
  • Les titulaires du Bac Pro ASSP “Accompagnement, Soins et Services à la Personne”;
  • Le Diplôme d’État d’Aide à la Puériculture (DEAP) ;
  • Le Diplôme d’État d’Aide-soignant (DEAS).

Des allègements de l’examen sont également pratiqués : les titulaires du Diplôme National du Brevet ainsi que les titulaires d’un diplôme de niveau CAP sont dispensés de l’épreuve écrite. 

Enfin, en justifiant d’au moins 3 années d’expérience professionnelle, bénévole, ou associative en lien avec le métier d’auxiliaire de vie, il est possible de prétendre à une VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) et d’obtenir le diplôme sans passer le concours. Tous les renseignements nécessaires pour bénéficier de cette procédure sont disponibles sur le site suivant : http://vae.asp-public.fr

L’auxiliaire de vie est devenu un acteur indispensable du quotidien des personnes âgées. Ce métier n’est pas choisi simplement pour gagner sa vie, il traduit une volonté réelle d’aider son prochain dans les difficultés qu’il rencontre, et qui, souvent, ne sont pas faciles à accepter.